Atelier de lecture Kamishibaï

Il y a, au départ, le projet tout à fait classique de faire travailler la lecture à des élèves de 6e. L’objectif est qu’ils se sentent plus à l’aise dans leur lecture, que celle-ci soit plus fluide et devienne pour eux un plaisir.

Par petits groupes, des élèves de 6e vont donc travailler régulièrement autour de différents projets, dont celui, au départ, de réaliser un Kamishibaï [1]. En effet, quoi de plus motivant que de lire pour quelqu’un : petit frère ou petite sœur, élèves de l’école maternelle ou primaire voisines… Les idées sont là, il n’y a qu’à les concrétiser !

Le projet évolue : du Kamishibaï à la borne d’écoute…

Murdo, le livre des rêves impossibles, d’Alex Cousseau

Mme Bannier, professeure de français et Mme Gougay, professeure-documentaliste proposent aux élèves de leur atelier de travailler la mise en voix du texte Murdo. Ce petit album poétique et onirique nous avait été dévoilé par son auteur lui-même, Alex Cousseau. En effet, lorsque nous l’avions reçu dans le cadre du salon du livre jeunesse de Fougères en octobre 2019, l’auteur nous en avait lu de larges extraits, alors qu’il en était encore au stade de l’écriture.

Pour faire découvrir Murdo aux autres élèves du collège, il est alors décidé de créer une borne d’écoute au CDI : les textes mis en voix par les jeunes lecteurs sont vivants et méritent d’être partagés.

M Chevalier, collègue de physique-chimie et RUPN [2], prête son concours à la création de cette borne d’écoute grâce à l’outil Touchboard. Cet outil numérique permettra de mettre à la disposition de l’auditeur une sélection de 12 textes : il suffira de toucher un contacteur sur l’interface pour entendre la douce voix de nos élèves raconter l’un ou l’autre des rêves impossibles du Yéti Murdo !

Les élèves transfèrent leurs textes sur la Touchboard.

Lire pour faire…

Désormais, les élèves ne se contentent pas de lire pour eux, mais bien pour donner vie à un texte et en faire profiter les autres. Il convient donc de s’entraîner, puis de s’enregistrer. La découverte de sa propre voix est un cap intimidant à passer, mais nos élèves s’en sortent très bien !

Les élèves s’approprient le texte avant de s’enregistrer.

Une fois les voix « dans la boîte », il faut les télécharger sur la borne d’écoute. Les élèves vont donc avoir l’occasion de découvrir et s’approprier un nouvel outil numérique. Pour procéder eux-même au transfert des fichiers audio, il devront suivre un mode d’emploi simplifié de cette borne. Cette lecture utilitaire est très importante puisque d’une bonne compréhension du texte découlera la réussite de la démarche.

Découvrir sa voix sur la borne d’écoute…

De la borne à la bulle d’écoute…

Les textes sont lus, enregistrés, et chargés sur la borne d’écoute. Reste une question de taille : comment mettre ces capsules sonores à la disposition des élèves du collège ? Nous envisageons un espace dédié au CDI. Il faut un endroit un peu isolé afin de ne pas déranger les élèves qui travaillent autour. Cet espace, nous l’imaginons « cocon » de façon à ce que les élèves puissent se poser et s’immerger dans le texte.

Inspirations, repérages…

Vient alors l’idée d’une bulle d’écoute, que nous fabriquerions sur la base d’un dôme géodésique [3]. Les élèves y trouveraient bien sûr l’interface de la borne d’écoute, mais aussi de profonds poufs dans lesquels s’enfoncer dans une ambiance douce et cosy.

La bulle d’écoute telle que l’on se l’imagine…

Notre agent de maintenance à la rescousse !

La construction d’un dôme ? Si l’idée est belle, elle dépasse nos compétences ! Heureusement, nous pouvons toujours compter sur l’agent de maintenance du collège, M Gouriou. Il accepte volontiers de nous aider pour concrétiser cette partie du projet : rien ne lui semble impossible et il trouve rapidement réponse à nos questionnements techniques.

Pour cette partie du projet, nous comptons également beaucoup sur le soutien financier du Conseil Départemental afin de nous aider dans l’achat des différents équipements.

Fabriquer, mieux que démolir ?

Nous prévoyons de proposer à certains élèves de participer à l’élaboration de la bulle d’écoute, en étant encadrés par M Gouriou et des professeurs. Quels élèves ? Ceux de l’atelier de lecture, bien sûr. Mais aussi d’autres élèves, repérés pour avoir intentionnellement causé des dégradations au sein du collège. Nous espérons ainsi leur faire prendre conscience que le collège est leur lieu de vie et qu’ils peuvent s’y impliquer de façon positive et valorisante.

Projet à suivre…

[1Le Kamishibaï est une sorte de théâtre qui permet de partager un album à un groupe : dans le théâtre défilent les illustrations de l’album pendant que le lecteur lit à son public le texte correspondant.

[2Référents aux Usages Pédagogiques du Numérique

[3qui a la forme de la Terre, d’une sphère.